NORMANDIE CULTURE FORUM

pour une réunification de la normandie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les diries de Jean Desbouës

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Diries de JD
oui
100%
 100% [ 9 ]
non
0%
 0% [ 0 ]
NSPP
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 9
 

AuteurMessage
nenel61



Nombre de messages : 7346
Age : 39
Localisation : orne
Date d'inscription : 25/03/2006

MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Sam 29 Nov - 10:50

les diries neness ??

_________________
blog vidéo du forum
http://www.dailymotion.com/normandie-culture-forum

L'alcool tue lentement. On s'en fout, on n'est pas pressés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/normandie-culture-forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Sam 29 Nov - 18:20

nenel61 a écrit:
les diries neness ??

T'es plein Nels ou quoi ??? scratch drunken Sleep
Va voir 3 messages plus haut !
Revenir en haut Aller en bas
nenel61



Nombre de messages : 7346
Age : 39
Localisation : orne
Date d'inscription : 25/03/2006

MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Sam 29 Nov - 19:32

jnavais point vu pardon sire neness

_________________
blog vidéo du forum
http://www.dailymotion.com/normandie-culture-forum

L'alcool tue lentement. On s'en fout, on n'est pas pressés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/normandie-culture-forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Jeu 4 Déc - 17:08

Humide et freid


Y a cob yin longtemps de ça, la mé s'en venait se buter oû pyid du Mont d'Hère. C'était le but, l'iâo ne pouvait guère s'n'aller pus avant. Un coup qu'o feut parti, o laissait des grandes mares un brin partout, coume dé juste, pis itou de l'iâo en sous-sol, des quantités comme vous avez point idaée, gros comme des lacs entiers, dedssous la terre.
D'après, le roué Charlemagne, li-même, prémyi fondateur de l'Europe, trouvit es mont d'Hère, toués sources pour ses gens, sen armée. Les Vikings baptisent le pays qui s'étend dedpis le mont jusqu'es bords de l'Orne, le Holm, ce-qui, veut dire : le pays su l'iâo, une ile. Nombre de bonnes gens s'installirent es alentours des nappes d'iâo, mais itou dedssus, dauns des cabanes perchis su des plôts. Gros de peissons et de coquillages sabondaient à la loin, gibiers et baies de toutes sortes. Pays humide et freid, mais nature abondante.
Les horsains ont du mal à comprenne que par cheuz nous, les bonnes gens se mettent à couiner dés qu'i ne plleut point deurant quinze jous. C'est qu'i n'savent point, c'est qu'an nait d'ente les crassins, les breumes, les harées, les pissées, l'ondaée, et pis j'en passe d'autes, entre les gouttes qui dégoûtent de partout, Dame.
Par après la guerre de 40, vint eune âote guerre, sans merci, vers les années 1965-70 pour détui les chênes sans défense, par la suite, les haies, do l'aide des états. Vous avez dit massacre. Queu bourde ! Toute l'iâo fout le camp et dvale vers les rivières, sans compter la suite, la nappe qui dscend, les vents qui halent et corssi le terrain, le bouvreuil et nombre d'espèce d'ouésé, évadés. La guerre.
Dieu merci nombre de personne replante et les états s'y mettent, il est plus que grand temps ! Pas de gapillage de nature, tout est précieux, cadeau. Gâre à ne point dépasser les bornes. Mais si ose fâche, ce sera sans pitié, pour tous les petits bonhommes qui s'agitent su la terre ! Byin tôt ou byin tard, suivant comment que la balance éra penché !
Byin le bonjou du gâs Jean

Le but : le bout.
Plots, pots : poteaux.
Horsains : étrangers à la Normandie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Jeu 4 Déc - 17:17

Une p'tiote fable Normande à la La Fontaine
Merci Neness
Revenir en haut Aller en bas
Junker



Nombre de messages : 2790
Age : 43
Localisation : St Pierre du Val
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Jeu 4 Déc - 18:11

Sympathique ma foi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nenel61



Nombre de messages : 7346
Age : 39
Localisation : orne
Date d'inscription : 25/03/2006

MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Jeu 4 Déc - 22:42

très bonne diries cette semaine mon neness

_________________
blog vidéo du forum
http://www.dailymotion.com/normandie-culture-forum

L'alcool tue lentement. On s'en fout, on n'est pas pressés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/normandie-culture-forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Mer 24 Déc - 19:42

Conte

Ah veire, mes bouons amins, je me seis pris à rêveu de quei où matin, d'ente la leune et le soulé, vous pouvez pas y creire...
Y avait pas eun seul de brit de moteu à la louen, pour qumincer. Mais djà byin du monde dauns les cllos. Chaqueun occupé à s'n ouvrage ; sercler, butter, sumaer, d'âoqueun tire les bêtes. Y’eu n'a qui chantonnent, reide bon quœu.
A la pause, ans'assyid, an broute eune bouchée, tout en devisant de choses et d'âotes, an rigole cob yin eun coup.
C'est la coutume de l'entraide. Les gros travaux sont faits do le jvâ, le bouri, les bœufs. Ceuze qui n'ount pas, les gagent et changent d'eune journaée de travail.
Chaqueun des bourgs a ses moulins à l'iau où byin au vent, pour la flleu de froment, de carabin. Mais itou, pour faire tourner l'électricité du souér, mangeailles et chauffage. Le monde a ce qu'i fâot en tout.
Coupassous, i font d's assembllaées pour danser, jouer.
Les abres sont appalanquées et dounent byin des fuits de toutes sortes.
Il n'y a guère de maladiaunts. Les bouones gens s'en vient à pyid ou à vélo. Le train vient dauns chaque bourg.
Le respect des personnes est la prémyire des choses qu'an enseigne es petiots. An y eus laisse byin du temps pour jouer. Il aprènnent des métiers simples pour eun monde simple. Soigner les bêtes et la terre, fabriqui l's outils. Ma Fouei, le monde à l'air benhéreux en tout.
Mais y a eun sujet qu'il évitent de câoser, le pus souvent. C'est rapport à eun épisode qu'a passé toés cents auns ded dvaunt. L'ount noumaé « l'arrêt des machines ».
Ça qu'est arrivé d'eun coup. L'ordinateur central s'est blloqui. En quinze de jous seulement, tout s'est buté : pus d'électricité, téléphone, télévisions, des dépôts de carburants ount sâoté, pris feu. Ça fut terribe. Pour qui ? An ne sait pas.
Tertous des syins qui sount restés, qu'ount écapé à la folie, i firent des graundes assemblaées et s'entendirent reide byin comme par le fait. Le monde signa eune « Charte des bons usages ». Pour erparti du bon pyid, byin su !
Je ne peux point vous lire tout ce qui y a dedauns. Toujous est-i queune des Loués prémyires, c'est le travail « do les mains ».
Par après, i feurent reide byin organisé, à la coule, de bon quœu. Chaqueun maneuvrant pour tertous. Y a de l'ouvrage pour tout le monde, mais personne n'est l'esclave. Quand à ceuz qui ne voulient ryin faire ; ça ne durit guère, rapport qu'ils avaient ryin dauns leus gamelles.
Ah, si vous lus câosez de machines, es bouones gens de c'temps lo, il l'ount le pouél qu'hubi tout de suite !
Mais fâot byin que je vos prêche dé quei, enter nous. C'est que, y a certaine « personne » qu'ol est passée dedssus note terre, entre temps. Et pis qu'an l'a entendu et même écouté. Y avait pus le choueix. Vous me direz, ça fait quand même déeus mille d'auns et plus qu'il est fêté chaque Nouël. Ça n'y fait ryin, a byin fallut qui s'en revienne core eun coup, coume prévu.
L'avolée du neuf monde a été dû... Dauns biâcoup de cas, eune partie du cerviâ était reide byin bourdé par l's ordinateurs, même détri des coups. Héreusement vous connaissez la mère nature. Quanqu'o se met à d'valer coume le torrent, ryin ne surbute en tout, ça qui va. Y eut coume eun graund nettoueyage. Tout ça ne feut bentôt qu'mâovais rêve !
Et byin figur-ous que les bouones gens de c't'âge lo, i l'ount le quœu gros coume eune tèque. C'est point eun dfaut. Par après, le Graund Passage du Seigneur leus quœu a enfllé. C'est par lo qu'i trouvitent la vraie et unique machine « qui fait tout marcher » do eune énergie incomprenable.
Eun moment, je me trouvis à bavasser do eun chef du coin. I me dit coume ça : « An ne retournera point en arryire, an est trop byin asteu ! » Dame, an les comprend. « Véyez, qui me dit, des coups, an se rtrouve si légers, que nos pyids quittent terre quand an marche. An est dans l'obligé de lester do du plomb. »
... C'est pas le tout, je me réveille d'eun coup : y avait le brit d'eun tracteur énorme qu passait su le routon... Et pis juste après, c'était coume eun p'tit rouge-gorge qui, siffleut drôlement. Su le moment, j'ai byin cru que c'était li qui me contit çt'histouère lo. Vous savez, c'est qu'i n'en connaissent ces p'tites bêtes lo.
L'gâs Jean

Les cllos : les champs.
Jvâos : chevaux.
Flleu de carabin : farine de sarrasin.
Coupassous : souvent.
La vivature : les vivres.
Buté : arrêté.
Le pouél qu'hubit : les poils qui se hérissent.
Eune tèque : un ballon
Revenir en haut Aller en bas
nenel61



Nombre de messages : 7346
Age : 39
Localisation : orne
Date d'inscription : 25/03/2006

MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Mer 24 Déc - 19:49

ta bien travailler neness merci santa

_________________
blog vidéo du forum
http://www.dailymotion.com/normandie-culture-forum

L'alcool tue lentement. On s'en fout, on n'est pas pressés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/normandie-culture-forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Ven 2 Jan - 19:09

Bonne annaée à tertous

Boujou mes bonnes gens ; port-ous byin ?
Ecore un Nouèl, pis un nouvel An, nouvelle naitée, qui s'enrouèle coume eun serpent autou de la terre. Je vos la souhaite byin héreuse en tout, Dame !
Dedvant 2008, les jvâos tiraient core le baniau de note pauve société, à hue, à dia, coume ça peut ! Dedpis le soui des banques, ça détèle tout de bon, par tous bouts ! A l'écurie ?...
Le vent a été su, toute l'annaée. Ce serait putôt reide byin qu'i tourne de sen asteu. A espérer.
Pus châot.
De sans décessi, âotfoueis, nos gens, les gens de nos gens, ont maneuvré dur du Lundi où Dimanche, les pyids dauns les sabiots. Pou gangni le pan, do le bout de là pour y mette.
Au jou d'anhuis, do trente et cinq heures de trava la semaine, bon nombre de personnes mangent lus content, se châoffent byin, voyagent do les chérettes, guettent lus films su le prit écran, etc.
Les petiots qu'ont dix, douze annaées qui restent où Pays de Somalie, à Tobrouk où byin en Géorgie,
Quand i vèyent tout ça, i n'en rêvent, des coups. Mais fâot qu'i restent à gardi les biques au père, dans la montagne.
Fâot toujous un enter déeus, en tout. De l'iau prôpe pour tout le monde, eune électricité « prope » itou, au foyer.
Le grand dommage, c'est que le « progrès » ne reste mannyirement point raisonnabe. Ça ne peut guère, an le veit byin, tant que c'est charroyé par des bandits, de grand chemin ! Et qui nous mène la guerre, dur, dur !... Le vent est su.
Les bonhommes sont perdus en chemin. Savent bent tôt pus et yoù qu'est leu hone, leus pattes ?
Et yoù qu'i sont, le cœur bouroéyé par les mécaniques et les ondes internautes ?
Mais Dame la nature est forte et dru itou. Tout de même et pardié, le grand vainqueur restera toujous dedbout :
A savei : le Biau, le Bon et le Bien, byin su.
A ces fêtes,
Le gas Jean

Naitaée : naissance
Tourne de sen : tourne de sens
Là: lard
Bouroéyé : broyé
Le vent est su : vif, piquant
Les gens, nos gens : la famille
Le pan : le pain
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Jeu 29 Jan - 17:13

Ryn ne sert de couri, il faut partir à point

Ryin qué du bon temps de saison céjous, la gllace ded nos Vikings d'vale asteu jusqué par nos côtes. Les marchands de chausses ont été d'valisés itou. Et des braves femmes ont mis l'ormouère adent, pour ertrouver l's aiguulles à tricôter qu'étaient muchi dedans dpis la réelection du brave général de Gaulle.
Ne courez point trop su vôte route, ça ne sert de ryin. Si en cas qué vos n'ériez point vu : vous n'êtes pas tout seu dessus. La route, c'est vraiment casuel asteu. Comme toujous, écoutez byin Monsieur Jean de la Fontaine : « Rien ne sert de courir, il faut partir à point ».
Pis je va vous le dit, je va pus loin, s'ous permettez ; couri, ç'eune perte de temps ! Pacequé deurant que vos êtes gruchi amont vôte grand jvâ, pour pas ché, au point qu'eune foueis rendu, vous n'avez même les druges, vous ne pouvez ryin faire d'âote. Vous ne pouvez même pus réfléchi su vôte ouvrage à veni, posément !
Ça fait coume dans le métro parisien : tout le monde court, pour qui, an ne sait point. Ptête byin qu'en courant le billet est meins coûteux ? Ne transformons point nos routons de bocage normand, en métro parisien, ça ne sert de ryin. Pensons es âotes.
Merci dé vôte attintioun. A céjous.
Gâs Jean

Adent : sens dessus-dessous
Gruchi : aggripé
Les druges : tremblements
Revenir en haut Aller en bas
nenel61



Nombre de messages : 7346
Age : 39
Localisation : orne
Date d'inscription : 25/03/2006

MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Jeu 29 Jan - 19:59

excellent les diries cette semaine du gas jean Very Happy

_________________
blog vidéo du forum
http://www.dailymotion.com/normandie-culture-forum

L'alcool tue lentement. On s'en fout, on n'est pas pressés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/normandie-culture-forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Jeu 29 Jan - 20:20

Et il a byin raison, prendre son temps est un luxe aujourd'hui. On voit aujourd'hui ou ça nous méne d'aller plus vite que la musique: tout se casse la gueule
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Jeu 5 Fév - 18:37

Hâot les cœurs

Par après le gel, c'est la dégelaée. Reide bonne dégelaée itou pour le bas de chausse et yoù qué les mites ont perçi des trus deurant les fêtes. L'épargne de la caisse, est core équeutaé, core un coup, la misère dé ratibus. C'est toujous les syins qu'i n'en font le meins, qui chinent le pus, c'est byin counnu.
An peut comprenne lé reide neu, parti des travailleurs, lé Nouveau Parti Agricole. Qu'il'ont promis, asteu d'élire eune novelle Miss pou le comice cantonal. C'est byin normal que les partis est leus miss asteu, Par conte d'effet, y eu n'a qu'ont couiné pour avei un bonhomme, un Misteur élu, si, si, c'est normal itou, y a pas de raison, do la pus belle blâode du canton, ces dames vont été contentes.
Pour n'en reveni au nouveau Parti Agricole qui sera présent asteu su toutes les fouères, o seront byin su représentés par la miss en quession, qu'il ont baptisés "Miss fâocille" et le misteur "Misteur darak", en hommage au dieu Viking, Thor, toujous réprésenté do un darak.
Pour n'en reveni, s'i ne se dfendent pas tout seu, qui qui va ainder vraiment les pauves travailleus dé la ville et des champs. Ça me vint coume dans l'idaée, que tout le monde serait coume empaturé do des chaînes su eune galère, noumaé ainsi : "a la Grâce de Dieu".
Pour en fini, je dirai itou, courage, Hâot les cœurs, pas le choueix, Dame.
Et pour citer un reide bon amin français, qui vit dans le bocage normand : "la confiance ne supporte pas le doute" !
Bonjou, port-ous byin,
Jean

Bas de chausse : économies
Blâode : tenue traditionnelle normande
Darak : marteau
Revenir en haut Aller en bas
nenel61



Nombre de messages : 7346
Age : 39
Localisation : orne
Date d'inscription : 25/03/2006

MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Jeu 5 Fév - 20:42

j'ai bien aimer le passage sur thor le dieu viking Misteur darak"
un bon gars le desboues I love you

_________________
blog vidéo du forum
http://www.dailymotion.com/normandie-culture-forum

L'alcool tue lentement. On s'en fout, on n'est pas pressés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/normandie-culture-forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Jeu 5 Fév - 20:49

nenel61 a écrit:
j'ai bien aimer le passage sur thor le dieu viking Misteur darak"
un bon gars le desboues I love you

Je connaissais pas du tout le mot : Darak. Dans le dico Normand non plus !

J'aime bien le clin d'oeil au NPA (Nouveau Parti Agricole) Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Jeu 19 Fév - 17:06

Méchant corbin (conte)

Eune tite histouère, à se diverti un brin : que j'ai cueilli pou nôt pllaisi.
Il tait eune fouèis, un médecin qui restait par la campagne, d'un bourg. I demeurait d'eune grande maison, et yoù qué les personnes doulantes venaient le vei, en cas. Byin souvent, o se rendaient cheuz li, ourdies de douleu, du mâ, qu'o ne pouvaient pus souffri. Dame, en ce temps lo, les bonnes gens n'avaient d'ainde, âoqueune. Que leus gages, maigues, gangni, à purant de sueu.
Nôte médecin recevait ses partiques, d'eune grande salle, es crouésées hâotes comme tout. Tchuisininière et jardinyi i te­naient compagnie depis d's annaées. Il tait célibataire.
Mais veilà don la suite. Les gens de ct'emps lo n'taient point fié. Ça fait qu'il avait d'eun coin de sa salle, eune grande cage et pis ded dans, un méchant corbin, qui fai­sait byin, ailes dreites, praé dé quatre vingt cts de longueur. Il avait coutume de dit qué sen cor­bin, il tait déeus fouéis pus agi que li. Et coume tous l's ouésiâos dé sa sorte, le méchant corbin répétait co byin de temps en temps, ce qu'était prêchi dans la carrée, his­touère de se déseniy ! : ce qu'i di­sait, le pus souvent, ça parait na­turel dans le cabinet d'un méde­cin, c'était : « Docteu, je s'byin malade » et l'âote phrase : « bon et byin, nos va regardi ço».
Pis, mais un jou, le médecin se trouvit souffrant (pour un coup !), li étou. Pis dans l'obligé de sn'alli à la loin, queuques jous, cheuz un confrère. Dépité, de pus vei sen patron, lé pâove côa, un biâo jou écappit pa la crouèsé ouvert. Et co pus pis, la chasse, itou.
Comme par à l'espraés, trouvit su sen chemin déeus chasseus joliement berdouilles de leu journaée. Le corbin payit. Les coups partent, et via l'ouésé qui chut mollement à terre. Mais comme il tait conséquent, les gâs n'avaient guère fait que le déseltir. Un brin égalués de vei un corbin par si gros, i dçicent de s'n alli vei pu praés...
Les vlà qui s'apperchent. Reide biâo côa, long bé, neires pllaumes, coume verni au cirage. Et lo, i ne s'attendent pas. L'ouésé ertourne sa tête dévers eux et sort : « docteu, je sé byin malade ! ». Les chasseus s'ertchulent de peue, d'un coup, d'eus toés mètes en arryire, mettez vous comme li ! Emotion passée, i s'erprènnent. Allant, tout en se déméfaint, les vlà qui s'apperchent aco du côa... et c'est lo. Les guette co de son œil neire, pou leu dit sa déeusième phrase : « bon et byin, nos va regardi ço ! ».
Du coup, ça n'est quand même par trop, les déeus gas tournent leus brides et ripent leus galoches. Ça n'est qu'un coup rendu dans le bourg, par après d'avei conti leu drôle d’histouère ; qué du monde lus font assavei qu'i l'ont déselté le corbin du docteu !
Du coup i l'éppleitent à le rtrouver, pis le remportent cheuz li, comme de juste ! Ça fait que le mé­decin retrouvit sen ouésé, comme par avant. D'après, qui vécurent co queuques annaées en compa­gnie...
L’histouère feut counnu par la campagne.
Moralité : vâot byin teni un bon amin, que déeus tu l'auras ! dame.
Le gâs Jean
Revenir en haut Aller en bas
Crapaud



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Jeu 19 Fév - 21:52

Hèque lé corbîn!

MBDF pouor l'histouaithe.

À compather - des pèrrots:
Deux bieaux pèrrots http://members.societe-jersiaise.org/geraint/jerriais/gdfperrot.html
Les Deux Perrots http://members.societe-jersiaise.org/geraint/jerriais/2perrots.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Mer 4 Mar - 19:37

Su la route

An est tout des trimardiers, des chemineaux, d'où qu'an vienne, guère de pus, su la grand route de nôte vie, do du bien, ou byin de sans, tertous ryin que du monde en viage.
Coume su un rail, y a pus qu'à suive le train ! Longue marche, mais bentôt si courte itou ! les annaées dvalent coume l'iâo d'un ru.
Le grand cherretier nos coundit, nos mets des coups des gran­des rincées de coups de fouâ su le rein.
Marche, marche don, qu'i dit, fils. Mâovais temps, breumes, brouillâ, reide freid ao tchul. C'est qué fâot pas qu'an s'édjère. Dame, parDié.
Pis vlà le bon soûlé, le chemineau n'est byin content à gangni sa journaée, à l'ouvrage. S'endort en rouèle.
D'une fenil, le cœur hâot, la heune dans la jouée, i reveit tous les bons amins aotou de la tablée, la veillée, do eune bonne roulée de tabac. Dedmain, i s'n'ira Co pus loin, su la route, à cueilli la fraise des bouais, amont le fossaé. Tout en s'n'allant, i songe es syins qu'ant djà parti, qu'ant passé de l'âote côtaé. dé la rive.
Sûrement, jte l'câotioune, qu'i se dit, an s'erverra, et lo byin gâs, jte l'dit, y eu n'éra des lermes de jouée, coume d'eune bonne rousaée de Renouvé !! les retrouvail­les...
Des coups, su son chemin, des chiens bouèyent et tirent lus chaines, goules grand ouvert. Le chemineau li, suit sa route, s'occupe de ryin, i ne dit ryin et continue s'n ouvrage. Li, i sait byin, qu'au bout de la route, y éra coume un grand soûlé, qu'i fera toujous biau temps en tout, just queulques ondaées de temps en temps pour que tout pousse reide byin coume i fâot !
Byin le boujou et bonne route !
Le gas Jean

Edjérer : égarer
Tertous : tous ensemble
Soûlé : soleil
Heune : tête
Câotioune : garantis
Renouvé : printemps
Revenir en haut Aller en bas
Junker



Nombre de messages : 2790
Age : 43
Localisation : St Pierre du Val
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Jeu 5 Mar - 17:27

Il avait une petite pensée pour Sud-Rail en écrivant celui-là le ga's Jean lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Sam 21 Mar - 20:39

Toujous de la charge

Qu'av-ous fait de men ptit commerce ? dé nôte payis. Comme an dit, j’sais byin qué chaquen veit médi à sa porte, mais Dame, c'est que fâot penser à tertous, es anciens, es jeunes, es syins qu'ant point de chérette... Cest que faôt penser à tout le monde, et souteni le commerce de campagne, en y allant, a jeter de quei. Le petit commerce et artisanat ne sont guère soutins, pas brin de quei, et rapport à d'âotes corporations coume les cultivateurs, par exemple. Pour qui, engouaés, enfalaés, d'un point, à faire peue. D'un jeune qui veut, pis qu'aime en métier, avoler là dans, coume an dit, fâot qu'il aille rein solide ! et guère compte su la banque. Le Conseil Général, pousse à la roue, asteu, et pour cause, les commerçants, artisants de nos campagnes, sont d'utilité publique ! oùtant que d'âotes métyis.
Reste quand même, à la pratique de se mouver itou, pour les faire vivre!
Asteur qu'an câose d'économie d'énergie, conte la pollution, y eu n'a d'fait d's allés et v’nus, pour les syins qui restent dans les campagnes mais Dame, souvent pas le choueix. Et nos services publics, coume la poste, exemple, qui déripent gros, vers la grand ville. Service public ? Mais Dame, Lad’ans, personne n'a le dreit à la parole, fâot byin durer.
Port-ous byin, Jean

Engouaés : avaler de travers, s'étouffer
La pratique : la clientèle
Durer : supporter
Avoler: démarrer
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Dim 22 Mar - 21:40

Byin raison le Pére Jean, tout se barre en couilledans les campagnes et même les agriculteurs disparaissent. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Sam 4 Avr - 1:11

Escuzez du peu

Vo-allez n'en ri, vâot muus ! Cest la dernière du Carnaval.
Et oui Dame, je vas pas vos l'aprène, les routes d'asteu sont à pllein d'autos et de camions et...
Et byin figur-ous, quand même, que l’s encombrements s'en viennent itou par l'océan Atlantique ! Byinoui, toutes ces bandes de cachalôts, dauphins, sardines morues, ça n'en fait du monde, à travers l'iau, et personne pour régler la circulation.
Cest pour qui, excusez du peu, pince mei, je deis rêver : Su les ptits routons de l'Océan, déeus sous-marins qui baguenaudaient dans iau, l’un français, l'aute anglais, ont trouvé le méyen de doguer...
Shoking! Mister.
I s'en repentu l'un l'âote, byin su, do byin des courbettes et définirent d'en faire un constat d'assurances à la Mutuelle des Sous-Mariniers. Byin su, tout le monde remontit en surface. Byinsu, la prémyire gendarmerie étant co d'un bout de chemin, pas question de l'apeller : On s'arrangit à l'amiable. Doùtant qu'un des commandants était Normand et l'aute Ecossais. On trinquit, su le capot, l'un s'nallant quri eune bouteille de vieuille goutte, et l'aute son wiskhy, douze ans d'âge.
Le personnel, véyant ça ; d'auqu'uns s'n allirent cherchi les gâoles pou la pêche. Tout ça, vraiment d'eune bonne ambiance.
Byin su, deurant ce temps-lo, les seize missiles nucléaires, dedans la soute à bagage, i cuvaient gentilment dans leus jus. Qui qui faisait lo, an ne sait pas, an ne sait toujous pas, an ne saura jamais. L'argent de vos impôts, qui bérouettent à travé les pieuves, les calmards et les requins, les crevettes. Mystère, mystère et boule de gomme.
Tant que yéra des bonhommes, su la terre, àmette oùtant de temps et d'argent pour fàbriqui des armes, tout ira toujous de traviole, Dame, queu pitiaée.
Le gâs Jean

doguer : frapper avec la tête choquer.

Note : pour information. Au mois de janvier 2009, dans l'Océan Atlantique, deux sous-marins nucléaires, un français et un anglais se sont « percutés » ou « accrochés ». Le français se promenait avec seize têtes de missiles nucléaires. Accident sans gravité (parait). Qu'est-ce qui est grave, alors ? Preuve est ainsi faite de la faillite humaine et de la sottise. Vous avez dit, « évolution » ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Mer 29 Avr - 2:15

La puce et la tique

Déeus byin vilaines bêtes. O-z hantent toutes déeus les bêtes et les bonnes gens. Ça nos regroupi tertous d'eune grande famille, c'est djà ça !
Yeun’a eune qui se mouve pus que l'âote, o n'en fait des grandes saotées su la surface. Au moins, on sait qu'ol est lo !
Lâote est byin pus calme, souton, quanqu'on se n'aperçei, c'est djà trop tard, ol est djà crochtée reide byin ; O ne lâche pus.
Ermarquez byin que l’eine coume l'âote, an s'en d'fait core vite, sufit de mette des pyiges.
Mais Dame, céjous, y a d'âotes espèces de puces et de tique, qué pour les détri, c'est pas la même.
Etgardez byin toutes les puces électroniques que vous trainez su vous, carte banquaire, vital, etc. A peine si on les veit. Mais do ly, i an peut vos suive à la trace, coume un chien su un gibier.
Mais quanque y a des puces, la pest n'est guère loin, Dame.
La peste, c'est ptêt byin itou, tous ces ordinateurs, juqui dans byin des maisons.
Et la tique, c'est ptête byin core toutes ces dépenses, qui démangent les Restôts du cœur. Un beefsteack ou un nouveau crédit ?
Et pour dounaer qui ? Un bout de ligne et yo oû que byin des pigeons iront core se faire prène, au bout du compte.
Sans voulei vos effairiez, mes pâoves gens, riez, danser, profitez, pacequé j’ai coume dans l’idaée que la sapré dictature qui nous guette, feura pus de quates d'annaées pour s'en sorti, sument. Mais Dame, c'est coume le reste, ça finira byin par passer !
Boujou et port-ous byin.
PS : Pryéz, mes bonnes gens nôte bon Père, pour un monde meilleu.


-----------------------------

Nota Bene de Neness, en tant qu'ancien "photocompositeur"... La personne qui "a torché" ce dirie n'aurai pas fait longtemps chez mon ancien "singe". Du travail de goujat... Je vous ferai lire l'original, à gerber...
J'ai corrigé tant bien que mal... Veuillez pardonner les fautes qui restent, qui ne sont pas de mon plein gré.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Dim 1 Nov - 20:00

Qu'est-ce que ça devient les diriés Neness Question
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les diries de Jean Desbouës   Aujourd'hui à 15:07

Revenir en haut Aller en bas
 
Les diries de Jean Desbouës
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jean-Pierre vous explique la vie en couple
» Je fais toujours les choses qui [...] plaisent [à Dieu]. — Jean 8:29.
» intervention de Jean Lassalle
» Saint-Jean-de-la-Neuville
» Saint Jean de Folleville - LEGER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NORMANDIE CULTURE FORUM :: langue normande-
Sauter vers: