NORMANDIE CULTURE FORUM

pour une réunification de la normandie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le cheval de sport normand marque déposée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Junker

avatar

Nombre de messages : 2788
Age : 43
Localisation : St Pierre du Val
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: Le cheval de sport normand marque déposée   Lun 1 Sep - 16:07

Le cheval de sport normand marque déposée

Des éleveurs veulent préserver le patrimoine génétique de la race anglo-normande. Pas une tocade régionaliste, mais l'ambition de retrouver un marché pour ces produits pur souche.


Papillon rouge, ici monté par Xavier Leredde fut comme Jalisco B, fut un chef de race pour la Normandie.. Pour Fernand Leredde, « on ne fait pas mieux question origines. Et on n'est pas sûr d'avoir la relève. »


Jalisco B, Quito de Baussy, Quidam de Revel, Papillon Rouge : autant de noms évocateurs pour les connaisseurs, d'un temps où les chevaux de sport anglo-normands régnaient en maîtres sur le monde international du concours hippique. « On était alors les premiers de la classe », évoque Fernand Leredde. Figure de l'élevage français, installé à Saint-Ebremond-de-Bonfossé, dans la Manche, cet ancien cavalier, père du cavalier Xavier Leredde, tire la sonnette d'alarme : « Depuis les années 80, et la mise en place de nouvelles techniques de reproduction, l'insémination artificielle et le transport des semences en paillettes, la souche normande s'est appauvrie. Tout le monde est venu se servir chez nous, on a bricolé des croisements avec des chevaux étrangers. Résultat, on n'est plus aux Jeux olympiques ! »

Avec quelques professionnels ou amateurs éclairés, Fernand Leredde vient de prendre les rênes d'un projet qui le titillait depuis des années : une association des éleveurs du berceau de race des Chevaux de Sport Anglo-Normand (CSAN). Démarche comprenant un strict règlement intérieur et la marque « CSAN », « que j'avais déposée en 1996. J'ai décidé de l'utiliser aujourd'hui pour qu'on ne fasse plus n'importe quoi. »

Quatre générations

L'idée de Fernand Leredde, et de son équipe, est de préserver le patrimoine génétique du cheval de sport anglo-normand, en n'accordant ce sigle qu'aux chevaux issus d'au moins quatre générations d'anglo-normands (1). Et ce selon les critères en vigueur avant 1976.

Une référence au stud-book originel, ce Grand livre qui consigne origines et performances : « Après-guerre, avec l'arrivée des tracteurs, rappelle Fernand Leredde, président de la nouvelle association, les éleveurs n'ont plus su quoi faire de leurs chevaux. Ils ont développé la filière sport, créant notamment les sociétés hippiques rurales, et le stud-book normand, le 7 décembre 1950 à Saint-Lô. »

Si pendant une trentaine d'années, les éleveurs ne se sont pas inquiétés, puisque l'activité était florissante, aujourd'hui la crise les oblige à réagir. Ce sticker « CSAN », que l'association souhaite apposer sur les livrets d'accompagnement des chevaux pur souche se veut garant d'une spécificité destinée à rassurer les clients. « Notre but est de retrouver un marché, de ramener une clientèle vers nos élevages. »

Nathalie LECORNU-BAERT.

(1) Selle français, pur-sang, anglo-arabe, arabe, trotteur français et AQPS (autre que pur-sang).

Pratique. Association des éleveurs du berceau de race des chevaux de sport anglo-normand, haras des Rouges, 02 33 56 09 35.

source : http://www.ouest-france.fr/Le-cheval-de-sport-normand-marque-deposee-P-/re/actu_BN/actu_8618-694405------_actu.html

Alors moi, quand je lis "les chevaux de sport anglo-normands régnaient en maîtres sur le monde international du concours hippique" ou encore "préserver le patrimoine génétique du cheval de sport anglo-normand", je jubile !!!! Merci Mr Leredde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le cheval de sport normand marque déposée   Dim 7 Sep - 21:44

Est-ce que en tartare c'est meilleur que le cheval normal lol! pale
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le cheval de sport normand marque déposée   Dim 7 Sep - 22:17

Le Hable a écrit:
Est-ce que en tartare c'est meilleur que le cheval normal lol! pale

C'est un peu fade, quand même, mais gouleyant
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le cheval de sport normand marque déposée   Lun 8 Sep - 15:38

Un p'tiot Bourgogne arrange l'affaire Question lol!
Revenir en haut Aller en bas
Junker

avatar

Nombre de messages : 2788
Age : 43
Localisation : St Pierre du Val
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: Un étalon cloné va faire la monte en Normandie   Lun 23 Mar - 12:36

Un étalon cloné va faire la monte en Normandie


E.T Cryozootech, cheval cloné, s'installe dans l'Orne pour la reproduction. Photo : Jean-Yves Desfoux


Une première en Normandie, terre d'élevage équin. Un cheval cloné est arrivé des Etats-Unis pour la reproduction. De quoi alimenter la polémique.
Il est arrivé aujourd’hui (16/03/09 NDLR) dans l’Orne, le jeune étalon de 3 ans. E.T Cryozootech, un clone du champion international de sauts obstacles E.T FRH, va entamer une carrière de reproducteur. Son « créateur », un ancien directeur de recherches à l’Inra de Tours, Erik Palmer, espère convaincre les éleveurs de lui confier leurs juments.

Cloné aux Etats-Unis

L’arrivée de cet étalon en Normandie, terre de la sélection naturelle des chevaux de sports, risque toutefois de raviver la polémique sur le sujet. Une polémique qui a contraint le chercheur à s’expatrier aux États-Unis où l’embryon du clone a été confié à une jument porteuse.

Après un séjour dans la région lyonnaise et en Belgique, E.T Cryozootech s’installe donc au Haras des Cruchettes, au Ménil Vicomte, dans l’Orne. Il va y rester quelques semaines pour se familiariser avec sa future mission d’étalon. Pour la saison de reproduction, confiée à la société Amelis Equitechnic, il va être transféré dans le Calvados, à Corbon dans le Pays d’Auge. Erik Palmer parle d’une première année de tests. Une petite trentaine de juments devrait être inséminée en sperme frais.

E.T Cryozootech n’est pas le seul étalon cloné par la société d’Eric Palmer. Un autre cheval de prestige, Quidam de Revel possède lui aussi son double, Paris-Texas. Au repos dans les écuries du Danois Flemming Velin, il est âgé de 4 ans et ne s'est, officiellement, jamais reproduit.

Jean-Pierre BUISSON.
source : http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Un-etalon-clone-va-faire-la-monte-en-Normandie_39382-861580_actu.Htm

Ca ne me plait pas bien moi cette histoire d'étalon cloné qui va servir à inséminer des juments de race saine Exclamation

Tantôt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walther mc Knut

avatar

Nombre de messages : 574
Age : 50
Localisation : Nord Normandie(46 50 N, 56 20 W )st pierre miquelon langlade the paradise
Date d'inscription : 03/09/2008

MessageSujet: re   Lun 23 Mar - 12:59

il y aura toujours les pour ou contre du clonage pour ma part tant que ceci reste pour sauver des vies (clonage d'embryons pour l'etre humain) mais de la a cloner des animaux pour des benef c'est a pleurer
si encore on clonait des animaux pour nourrir certaines peuplades ma foi ...!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.clanthorez.tonsite.biz
Junker

avatar

Nombre de messages : 2788
Age : 43
Localisation : St Pierre du Val
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: Les cavaliers amateurs normands inquiets pour l'avenir...   Lun 19 Oct - 18:25

Les cavaliers amateurs normands inquiets pour l'avenir de Saint-Lô.


Le profond remaniement actuel des Haras Nationaux suscite de nombreuses inquiétudes, notamment en ce qui concerne le futur shéma territorial. L'avenir du Haras de Saint-Lô lui-même est incertain. L'association des cavaliers amateurs normands appelle à se mobiliser pour défendre ce dossier.

Pourquoi il faut sauver le Haras de Saint-Lô.
Le Haras est historiquement lié à l’image de Saint Lô.
Il agit comme une agence de développement économique de la filière avec trois missions: sécurité sanitaire et traçabilité liées à l'identification (S.I.R.E: Système d'Information Relatif aux Équidés), régulation génétique et appui au développement. Il met en valeur le patrimoine matériel et immatériel. Il devient grâce aux partenariats des collectivités territoriales un pôle hippique ouvert aux publics, pour organiser des événements équestres importants, il propose des activités pédagogiques d’éducation et d’insertion par le cheval, il fait découvrir au grand public des événements culturels, comme les spectacles équestres, des présentations d’attelages. Le haras doit donc continuer à participer à la promotion du cheval, à réguler toutes les dérives, il doit être un moteur désintéressé de la filière, nos élus locaux, les acteurs de la filière doivent prendre position pour défendre ce dossier déjà bien avancé. Il faut serrer les rangs.

Enfin quelques chiffres :
93 000 équidés, 4 400 entreprises, 18 000 personnes impliquées au sein de la filière et 10 000 emplois directs en basse Normandie dont 25% dans le département de la manche, pour une estimation de 60000 emplois en France.
Une croissance de l’emploi de 4,1% par an (Taux moyen depuis 10 ans), 238 000 hectares valorisés, 620 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel, 8416 éleveurs, 285 établissements équestres, 38 000 licenciés, dont 200 cavaliers professionnels, 363 entraîneurs de chevaux de courses, 31 hippodromes, plus de 5 000 chevaux présentés aux ventes publiques en 2006, 12 centres de formation aux métiers du cheval, 2 250 évènements ou rassemblements équestres….
Le haras de Saint Lo est un outil indispensable.
Qu’il faille optimiser, rationaliser les couts, l’organisation : Sans doute. Se désengager purement et simplement, serait un scandale à un moment où la situation économique est déjà extrêmement délicate.
Ne pas donner des moyens à la filière après avoir obtenu la reconnaissance d’un pole de compétitivé mondial est absolument incompréhensible. 48% des éleveurs du département produisent des chevaux de sports. Il faut donc des structures capables de proposer ou cogérer des animations d’envergures. Le haras doit y participer activement.
Nous aurons les jeux équestres mondiaux en 2014 :
Pourquoi prendre un risque pareil alors que nous aurons besoin de toutes les énergies pour valoriser et faire fructifier cet événement planétaire.

Mickael GRANDIN
Président de l’A.D.C.A.N
(Association Des Cavaliers Amateurs Normands).

source : http://www.cavadeos.com/templates/display_itemv4.cfm?C1=3&C2=4&ObjMainType=ITE&ObjType=ART&ObjId=33176 du 15/10/09

La Normandie étant la région leader pour la filière équine, il serait outrageant que l'on touche à nos haras nationaux... Si quelqu'un entend parler d'une pétition ou de quelque chose dans le genre, qu'il n'hésite surtout à nous tenir informer. Personnellement je pense déjà prendre le temps d'écrire un petit mot de soutien à l' A.D.C.A.N.

Tantôt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le cheval de sport normand marque déposée   Jeu 22 Oct - 0:14

Ecrou contre écrou, c'est bien l'expression adéquate de cette situation.
Le haras de Saint-Lo; qui est celui dont l'activité est la plus importante et la plus diversifiée; est vraisemblablement celui qui se trouve le plus sur la sellette geek.
Cerise sur le gateau, c'est le maire ump de Saint-Lo, François Digard qui va croiser le fer (à cheval geek) avec cette mesure d'économie gouvernementale.
Revenir en haut Aller en bas
Junker

avatar

Nombre de messages : 2788
Age : 43
Localisation : St Pierre du Val
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: Re: Le cheval de sport normand marque déposée   Mar 17 Nov - 14:02

Laurent Beauvais veut des garanties sur l'avenir des haras nationaux


Laurent Beauvais, Président de la Région Basse-Normandie, participera, mercredi 18 novembre, au ministère de l’Agriculture, à une réunion sur le devenir des Haras Nationaux en Basse-Normandie (Saint-Lô et le Pin) en présence de Pascal Viné, Directeur de cabinet de Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture et de Nicole Blanc, Directrice Générale des Haras Nationaux.

A l’occasion de cette réunion, Laurent Beauvais souhaite obtenir des éclaircissements sur la position de l’Etat concernant l’avenir de ces Haras bas-normands et de leur personnel. En effet, si à ce jour, l’Etat garantit qu’il ne fermera pas ces sites, leurs conditions d’exploitation doivent être clarifiées. A titre d’exemple, l’Etat envisagerait de transférer au secteur privé l’étalonnage, actuellement géré par ces Haras. Dès lors, on peut légitimement s’interroger sur les conditions dans lesquelles cet étalonnage continuera d’être garanti dans des conditions financières raisonnables pour les éleveurs.

« La composition de la délégation qui a été invitée [1] à cette réunion (seuls les parlementaires UMP et Nouveau Centre de la Manche et de l’Orne ont été conviés) me laisse supposer que ses participants en ressortiront avec un discours très positif sur les garanties fournies par l’Etat concernant le devenir de nos Haras bas-normands. Pourtant, si la présence, en tant que telle, des Haras Nationaux à Saint-Lô et au Pin ne semble pas immédiatement remise en cause, ce sont bien les missions historiques de ces haras qui devraient être lourdement révisées dans les 3 années à venir » déclare Laurent Beauvais.

En effet, le ministère de l’Agriculture semble déterminé à créer deux nouvelles structures qui remplaceront progressivement les actuels Haras Nationaux :

D’un côté, un établissement public d’équitation qui aura des missions de formation (actuellement dévolues à la Région), de promotion du cheval à l’étranger, de soutien au sport de haut niveau, de protection des races menacées…

De l’autre, un Groupement d’Intérêt Public (GIP) dans lequel l’Etat ne s’engagera qu’à hauteur de 51% et pour 3 années à venir afin de poursuivre les missions d’étalonnage. Ce GIP constituera la première étape d’une privatisation complète des missions d’étalonnage alors que ce service public était seul à même d’offrir aux éleveurs une génétique diversifiée à des prix raisonnables.

« Dès lors, ma présence à cette réunion se résumera en cette simple question : quid de l’avenir des Haras bas-normands et de leur personnel à l’issue de cette période transitoire de 3 ans, alors que la Basse-Normandie, territoire équin de renommée internationale sera à moins d’un an des Jeux Equestres Mondiaux » conclut Laurent Beauvais.

[1] Sont invités à participer à cette réunion :
Sylvia Bassot
Jean Bizet
Alain Cousin
Yves Deniaud
Claude Gatignol
Philippe Gosselin
Nathalie Goulet
Guenhael Huet
Alain Lambert
Jean-François Le Grand
Jean-Claude Lenoir
Laurent Beauvais
Denis Beucher
François Digard

Source : http://www.drakkaronline.com/article84174.html du 17/11/09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cheval de sport normand marque déposée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cheval de sport normand marque déposée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tiramisu marque déposée ?
» Festival du Livre Normand. Trévières (14).
» Heula : La marque normande qui cause des Normands
» Sport pour affiner la silhouette
» Crew Normand - Rap du Bessin !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NORMANDIE CULTURE FORUM :: loisirs nature divers-
Sauter vers: