NORMANDIE CULTURE FORUM

pour une réunification de la normandie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Jersey Evening Post

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Crapaud



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2008

MessageSujet: Jersey Evening Post   Ven 9 Jan - 22:03

Né v'chîn l'articl'ye en Jèrriais înmprînmée dans le journal de Jersey 19 décembre 2008:

Du nouvé


Y'a rein d'nouvé souos l'solé. Mais à la fîn d'tout l'hèrtchîn d's êlections, dé toute l'ardgument'tie entre les candidats, et d'toute la bardgîngn'nie driéthe les ridgieaux du pouvé, j'avons un nouvieau Chef Minnistre. Ch'est à espéther qué l'Sénateu L'Sueux et sa nouvelle êtchipe (ou s'lon des malcontents, la même racachie d'vielles huthes) pouôrront proposer des nouvieaux plians pouor l'êcononmie, l'envithonnement et les tchestchions sociales.

Si les nouvieaux Minnistres ont 'té êlus au mais d'Dézembre, ch'est l'mais d'Janvyi tch'est l'mais d'nouvieaux c'menchements. Les cheins tch'ont fait des résolutions éthont l'espé d'les garder, sénon qu'les résolutions sont des jets tendres tchi peuvent êt' abattus dans eune saîson gelive. Pouor les cheins tch'ont tréjous les mêmes résolutions avaû l's années, èrnouv'ler les résolutions est eune couôteunme coumme ch'est entrer tréjous par la même porte. Les cheins tchi sont pus à co vithouards né pouôrront janmais y tcheindre résolûment, et touônn'nont et ratouônn'nont coumme dans eune porte à vithouette.

Iun des candidats malheutheurs ès dreines êlections r'mèrtchit, s'lon l'diton, qué quand eune porte vos est freunmée au nez, ou trouv'thez fache dé bouais siez l's aut's. Mais ch'fut l'dgieu Romain Janus tchi donnit san nom au mais d'Janvyi. Janus, li, 'tait l'dgieu des portes et il avait deux faches - ieune pouor èrgarder en d'vant vèrs l'av'nîn, et l'aut' pouor èrgarder en driéthe vèrs l'temps pâssé. Quand les Jèrriais èrgardent en driéthe vèrs l'année 2008 tch'est horte, ch'est seux qu'bein d'entre nous éthont eune minne dé cat rôti en considéthant les scandales, crises êcononmiques et politiques et les d'gâts qu'lé temps a grée.

Assa, jé n'sommes pon acouo prêts à pâsser par la grand' porte. J'allons vaie si l'nouvieau Chef Minnistre et ses nouvelles faches pouôrront enfachi les calenges dé l'année tchi veint - même s'i' y'a des troubl'ye-fêtes tchi continnueûthont d'traiter nos Membres des Êtats d'doubl'ye-faches.

Eune bouonne année à touos les lecteurs d'la gâzette - et même ès nouvieaux Minnistres!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crapaud



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Jersey Evening Post   Lun 12 Jan - 20:57

Né v'chîn l'articl'ye en Jèrriais înmprînmée dans le journal de Jersey 2 janvier 2009:

Ch'est un pitchi d's'apitchi


À ches drein nou-s'a hèrtchîngni entouor la tchestchion si nou dévthait êt' oblyigi dé s'buter pouor les priéthes dans la P'tite Cour. Y'en a tchi dithent qué même s'nou n'est pon Chrêtchien ch'est mouontrer du respé pouor la couôteunme qué d'sé buter. Il en est d'même pouor la Cour Rouoyale et l's Êtats quand nou n'dait pon rester assis quand l'Bailli, les Juges et la Mâsse entrent.

Quand j'tais mousse à l'êcole nou-s'avait à s'buter quand un maît' ou maitrêsse entrit dans l'appartément, mais au jour d'aniet bein d's êcoles sont mains formelles. En génétha, nou dithait qu'la sociêté au jour d'aniet est affrontée coumme eune b'lette dé mielle par compathaîson d'auve lé temps pâssé. Et v'là tch'est, s'lon des gens, pus démocratique car tout pouvé dait s'justifier l'avant au peupl'ye. Mais y'en a d'aut's tchi r'grettent un manque d'respé pouor l's înstitutions.

Tout coumme y'a des difféthentes manniéthes dé mouontrer du respé. Les Japonnais, par exempl'ye, font des révéthences, et au temps d's empéreurs Chinnouais nou faîthait la courbette. Pouor prier, y'en a tchi lus agenouôlent, tchi lus prostèrnent, ou lus mâtent. Y'a la salueûthie des soudards et des militaithes, et nou-s'a veu coumme tchi l's Améthitchains mettent la main sus l'tchoeu pouor saluer lus couleu. Nou dit d'un affronté qu'i' s'mât'tait d'vant l'Rouai mais, s'lon l'site d'Ithangnie officiel d'la monarchie, la Reine, not' Duc, n'est pon offensée s'nou n'veurt pon faithe eune révéthence s'lon la couôteunme car la châqu'thie d'main est assez d'courtouaisie.

S'nou n'veurt pon sîmpliément rester mâté coumme eune êtendpèrque, lé Jèrriais a pus d'expressions pouor les positions qu'lé Kama Sutra. Nou peut êt' par exempl'ye êtrav'lé, accatonné, accrampi, acclioutchi, accouté, affroutchi, agroufflié, adenté, adens, à pliat tchu, à ventrillon, à pliate mague, les frouques en haut, à la renvèrque, acannichoté, ou à grappîns. Tout coumme, ché s'sait sans doute faithe des gornavâres dé s'mett' à ventrillon duthant les priéthes dans la P'tite Cour, ou s'êtchèrfroutchi sus les bancs d'la Cour Rouoyale pouor atchilyi l'Bailli. Et tchi qui ôs'sait s'êtrav'ler les quat' fièrs en l'air en rencontrant un membre d'la fanmil'ye Rouoyale?

Mais si nou s'bute pouor "Dgieu sauve la Reine", nou-s'en va-t-i' êt' oblyigi d'crapaûder pouor l'antienne d'Jèrri?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crapaud



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Jersey Evening Post   Lun 19 Jan - 15:06

Né v'chîn l'articl'ye en Jèrriais înmprînmée dans le journal de Jersey 15 janvier 2009:


Les Parchonn'nies Civiles


Les mathiages et l's entèrrements, dans les maiethons font des changements, coumme nos dit l'vièr diton. Acouo eune fais nou-s'est à pâler des parchonn'nies civiles en Jèrri. Pouor dé mé, la preunmié chose es'sait d'èrconnaître les parchonn'nies et mathiages d'aut's pays. Les cheins tch'ont 'té mathiés s'lon les louais d'aut's êtats ou "parchonnés" au Rouoyaume Unni acanté les cheins tch'ont 'té "pacsés" en France dévthaient êt' atchilyis siez nous auve lé respé deu à lus drouaits en c'meun.

Mais, qu'ous excliâm'thêtes, tchi dgiâtre dé pathole qu'est chenna: "pacsé"? Assa, ch'est du bouan Français d'achteu. En France, d'pis 1999 quand la louai fut adoptée, un homme et eune femme, ou deux hommes, ou deux femmes, ont l'drouait d'sinner chein qu'nou-s'appelle un "Pacte civil de solidarité" tch'est un contrat d'unnion entre deux pèrsonnes. L'nom d'chu contrat est raccourchi en PACS, et nou dit qu'un coupl'ye a 'té ainchîn "pacsé". Y'a pus d'mathiés qué d'contents, s'lon l'diton, mais si les pacsés sont pus contents, jé n'sai pon.

Lé Rouoyaume Unni întroduîsit des parchonn'nies civiles, mais raîque pouor des parchonnièrs d'un même sexe, en 2005 s'lon la louai sus les parchonn'nies civiles d'2004. S'lon chutte louai (et ses amendements) l'Rouoyaume Unni r'connaît les parchonn'nies êtchivalentes faites à l'êtrangi, mais ch'est d'tchi hors d'êtchèrre car les coupl'yes tch'ont 'té pacsés en France sont r'connus s'i' sont d'un même sexe mais un homme et eune femme pacsés n'sont pon r'connus légalement coumme parchonnièrs à chu bord-là d'la Manche. Tout coumme, l's êtrangièrs mathiés d'un même sexe sont r'connus coumme des parchonnièrs civils au Rouoyaume Unni. Véthe, la louai brait, a d'longues ouothelles, est têtouongne et codpîse dû!

En France, touos les mathiages sont civils - l'êtat Français n'èrconnaît pon les mathiages èrligieurs faits en France, et né v'là pouortchi qu'les mathiés vont à l'églyise s'i' veulent auprès eune visite à la mairie à seule fîn d'lus embrontchi d'manniéthe légale. Si ch'est fait deux fais, ch'est deux fais seux. Tout coumme, l'êtat Français r'connaît les mathiages èrligieurs légalisés à l'êtrangi, et les parchonn'nies civiles êtrangiéthes sont r'connues coumme des PACS.

I' m'sembl'ye qu'ché s'sait mus d'aver d'la "pacséthie" en Jèrri au run d'siéthe la louai sus les parchonn'nies civiles du Rouoyaume Unni. Mais viyant qué j'sis en faveur d'l'èrconnaîssance des mathiages êtrangièrs ichîn, logiquement jé n'sis pon contre la mathiêthie civile dé coupl'yes, s'i' sont d'un même sexe ou pas, ichîn en Jèrri. Tchi qui sait: nou pouôrrait ofûche attriotchi des coupl'yes d'un même sexe à lus mathier ichîn et y dêpenser lus sou. Mais jé n'sommes pon les preunmièrs dans l'marchi et i' n'faut pon landrinner si j'voulons en profiter. Mathi'-ous ou pacs'-ous en Jèrri, bouannes gens!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crapaud



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Jersey Evening Post   Jeu 5 Fév - 22:33

Né v'chîn l'articl'ye en Jèrriais înmprînmée dans le journal de Jersey 30 janvier 2009:

La Nouvelle Année Chinnouaise


Nos anmîns Chinnouais sont à fêter lus Nouvel An, et ch't' année ch'est l'Année du Boeu. Mais nou pouôrrait étout l'app'ler l'Année d'la Vaque car s'lon l'astrologie Chinnouaise ch'est eune bête à cônes tch'est l'sŷmbole dé ch't' année.

S'lon l'astrologie Chinnouaise, y'a douze annimaux r'présentés dans l'almonnas: lé rat, la bête à cônes, lé tigre, lé lapîn, lé dragon, la tchilieuvre, lé j'va, la brébis (ou la biche), lé marmoûset, l'co, l'tchian et la bête à saie. Mais pouortchi qu'ches bêtes lus pathannent avaû l's années s'lon ch't' ordre-là? Assa, y'a des difféthentes légendes pouor l'explyitchi. Ieune des pus rîsibl'yes est chette-chîn.

Y'avait du hèrtchîn entre les annimaux pouor décider tchi qui s'sait la preunmiéthe des bêtes dans l'almonnas. Les dgieux annonchîtent don eune course. L's annimaux fûtent arreunés sus un bord d'eune riviéthe et nou lus dit qu'la douzaine tch'arrivîtent les preunmièrs sus l'aut' bord d'la riviéthe s'saient honothés. À chu temps-là l'rat et l'cat 'taient d'bouôns anmîns, et viyant qu'lé cat n'aimait pon l'ieau et n's'sait pon capabl'ye dé nagi l'travèrs d'la riviéthe, lé rat suggéthit au cat qu'les deux dg'ieux pouôrraient grîmper à bord du dos du boeu tchi 'tait si grand et si fort et tchi n'èrmèrqu'thait dgéthe deux p'tits passagièrs. Assa, y'a d's îndividus à tchi qu'nou n'dévthait janmais s'fier, sustout les rats, car l'grugeux scouotre codpîsit l'cat ho'-l'bord et d'vant qu'lé boeu pûsse arriver l'preunmyi à l'aut' bord, l'rat sautit à tèrre dé d'ssus la tête d'la bête à cônes à seule fîn d'gângni la course. Et né v'là pouortchi qu'la preunmiéthe année d'l'almonnas Chinnouais est la cheinne du rat et la deuxième la cheinne du boeu. Et l'pouôrre minnet? I' n'arrivit pon, et d'pis chu temps-là touos les cats sont l's enn'mîns des rats.

La vaque, bein seux, est un sŷmbole dé Jèrri et j'pouvons fêter nos belles vaques dé Jèrri ch't' année étout. Mais si j'avêmes eune Nouvelle Année Jèrriaise, tchi bêtes qué j'éthêmes dans not' almonnas? Y'éthait l'année d'la vaque Jèrriaise et l'année du crapaud, sans doute. Mais tch'est qu'il en s'sait pouor la mauve, la lêzarde, lé baîni, l'ormèr et la mustchinne? Ou pus sŷmboliquement, lé léopard? Ou bein en pensant à la mênag'gie, l'gorille? Mais j'trouv'thêmes-i' du run pouor lé pouôrre cat? Miaû!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crapaud



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Jersey Evening Post   Jeu 19 Fév - 15:31

Né v'chîn l'articl'ye en Jèrriais înmprînmée dans le journal de Jersey 8 février 2009:

La Douzaine au Boulandgi


J'éthons-t-i' d'la chance ch't'année? Assa, j'ai des doutanches, mé. L'année 2009 s'en va êpeûther tchiques pèrsonnes sans doute, car j'éthons trais Vendrédis l'treize - au mais d'Févri, au mais d'Mar et au mais d'Novembre. Pouor dé mé, jé n'sis pon gêné, car j'fus né un Vendrédi l'treize.

Vendrédi est tréjous eune journée d'malheu, car les gens du Vendrédi sont à banon. Ch'est malchanceux d'entréprendre autchun travas împortant l'Vendrédi et sustout i' n'faudrait pon c'menchi la touônn'nie, la pliant'tie ou la bâtithie. En partitchulyi, nou n'prospéth'thait janmais s'nou copait l's ongl'yes par un Vendrédi.

S'lon la crianche, y'avait treize à tabl'ye au Drein Souper quand Judas trisonnit, et y'a acouo des gens tchi lus mêfient bein d'înviter treize à tabl'ye. Mais les fanmil'yes d'au jour d'aniet n'sont pon grandes coumme i' soulaient êt' et ch'est d'tchi rare dé ristchi d's'assiéthe à tabl'ye acanté douze aut's pèrsonnes.

Tout coumme, y'a acouo des risques à tabl'ye auve mains d'treize pèrsonnes. I' n'faut pon s'assiéthe sus eune tabl'ye, ni mett' des bottes, des soulièrs ou un paraplyie sus eune tabl'ye. S'nou pâsse un couté à tchitch'un, i' faut qu'nou-s'èrpâsse tchiquechose en êchange. Et acouo pouor les coutchieaux, i' n'faut janmais rêmouer autcheune chose atout un couté.

Quand nou cope un pain, ch'est malchanceux d'lé laîssi la partie entanmée en haut, car v'là tchi veurt dithe un naûfrage. Les pêtcheurs n'pâlaient janmais d'pain à bord d'un baté; nou dithait au run "la gângne dé Dgi". Y'a un tas d'crianches entouor lé pain, mais chose tchuthieuse, nou soulait fouângner l'Vendrédi sans peux d'malchance. V'là tch'est eune bouonne chose pouor les boulandgièrs et lus dêm'nîn du weekend.

Et vos v'là, bouonnes gens, pus qu'eune douzaine au boulandgi d'vielles crianches. Bouonne chance, et né d'pichiz pon trop d'mitheurs ni n'marchiz souos trop d'êtchelles!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crapaud



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Jersey Evening Post   Sam 14 Mar - 14:18

Né v'chîn l'articl'ye en Jèrriais înmprînmée dans le journal de Jersey 26 février 2009:

Les Montangnes Brûlantes


Dreinement, les garages et les tchincaillièrs près d'Anchorage ont gângni des sou inattendus viyant qu'les Alastchiens avaient 'té à acater des leunettes souôs-mathinnes et des vîsagiéthes. Tout chenna est viyant qu'il' avaient ieu du brit d'eune êruption volcannique du Mont Rédoubt, et i' lus en fallait pour lus protégi contre la poussiéthe. La dreine fais qu'un volcan Alastchien explôsit, les boutiques vendîtent tout lus stock à la dreine minnute, mais chutte fais nou-s'-a ieu des dgèrnissements dé bouonne heuthe.

Quand les volcans Alastchiens ont d's êruptions, l'pus souvent i'y'a des nouages d'chendre et d'chendrile jusqu'à chînquante mille pids d'haut - et v'là un grand dangi pour les vols conmèrciaux dans la région. Chutte chendre volcannique est faite sèrvi pour poli du méta, et ou peut êgrînflier les ôsaines des vaituthes. S'oulle est avalée par l'engîn d'un avion, ch'est hardi dangétheux - en 1989 i'y avait un avion tchi tchiyait pus qu'deux milles d'vant qu'les pilotes pouôrraient r'stèrter les engîns.

I'y a des volcans partout; en Italie, nou peut même monter à pid jusqu'au cratéthe d'Vésuve, eyoù qu'nou vaie du stînme des creux entre les rotchièrs et nou sent du souffre. Les passagièrs sus les batchieaux tchi pâssent par l'Dêtrait d'Massine, entre l'Italie et l'île d'Sicile, peuvent vaie l'orange lueu d'Etna la niet.

L'île dé Santorini, dans la mé Égéenne, est ieune des pus intérêssants du monde du point d'veue géologique. I' y'a des hautes falaises tchi sont mâtées dans la mé bliue foncée tch'est hardi profonde. Les rouoges, nièrs et bruns rotchièrs montrent l'évidence dé l'histouaithe volcannique dé l'île. La forme d'mié-cèrcl'ye est formé du cratéthe, et au mitan i' y'a eune pétite île rotcheuse ioù qu'i' y'a acouo d'activité volcannique.

Les pus proches d'siez-nous sont les volcans êteints du Massif Central en France, ioù qu'nou vait des cratéthes remplyis dg'ieau formant des mathes parfaitement rondes. I'n' faut pon oublier qu'Jèrri 'tait formé en partie y'a chîn chent millions d'années par des montangnes brûlantes tchi nos donnîtent lé rose granit et des couoches dé pièrre volcannique, mais l's êruptions aniet sont l'pus souvent ès Êtats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crapaud



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Jersey Evening Post   Ven 20 Mar - 20:50

Né v'chîn l'articl'ye en Jèrriais înmprînmée dans le journal de Jersey 13 mars 2009 (petites explications pour la compréhension de la politique :- l'office de tourisme se situait, très visible, pendant des décennies dans la Place de la Libération, jusqu'en 2007 quand on a déménagé dans un quartier peu fréquenté par les touristes, démarche vivement critiquée à l'époque - on s'étonnait donc il y a quelques semaines quand le Tourisme de Jersey a proposé un retour à la Place de la Libération - le public avait eu donc raison ; la Maison Cyril Le Marquand est le "gratte-ciel" qui héberge des bureaux gouvernementaux à Saint-Hélier):

Lé Tourisme en vacanches


Lé changement, à chein qu'nou dit, fait du bein. Et ch'est seux qu'nou peut bein profiter des vacanches. Si ch'est nous, les gens d'Jèrri, j'allons hors l'Île pouor vîsiter la Grand' Tèrre, lé Rouoyaume Unni ou des pays bein pus exotiques, coumme par exempl'ye Dgèrnésy, ou si ch'est ieux, les touristes tchi veinnent vaie les bieautés d'siez nous, y'en a du profit finnancyi et spirituel assez pouor touos les Vaûtchièrs.

Et si eune p'tite touônnée hors d'sa houle est dé couôteunme bouonne pouor l'îndividu, tch'est qu'en s'sait pouor toute eune office? Car, à chein tchi pathaît, l'Office dé Tourisme dé Jèrri s'en va bétôt èrv'nîn d'la p'tite vacanche qu'oulle a ieu à l'aut' bord d'la Stâtion d'la Libéthâtion. Véthe, auprès eune pause à s'èrposer dans eune carre paisibl'ye où'est qu'ou n'a pon 'té disteurbée par trop d'monde, l'office s'en va r'arriver d'èrtou dans la Pièche d'la Libéthâtion, rafraîchie et prête à enfachi un fliotchet d'publyi.

Nou sé d'mande s'i' y'a par chance d'aut's offices tchi profit'taient d'eune p'tite vacanche tchiquebord hors d'la vaie. L'Office d'la Taxe sus l'Èrvénu s'sait mains rapinneuse auprès eune pétite vacanche à s'ensoliyi, sans doute, mais i' n'faudrait pon qu'la Trésor'rie s'n'âge aver eune bordée d'fanne à Las Vegas.

Lé Révérend Sydney Smith dêcrivit l'Pavillon Rouoya d'Brighton coumme chennechîn: coumme si la coupole d'la cathédrale d'Saint Paul à Londres avait viagi à la grève à seule fîn d'y catonner. Nou pouôrrait dithe ainchîn qu'i' sembliéthait qu'tchiqu's'uns d'nos nouvieaux bâtisses avaient géthi coumme chennechîn: coumme si iun des hauts bâtisses dé Canary Wharf à Londres avait crouaîsi lé Ch'na à seule fîn d'boûser au Quartchi du Hâvre.

Mais, ch'est aîsi d'crititchi l'architectuthe, et parfais ch'est pus qu'aîsi, ch'est pus à co un grand pliaîsi. Assa, qu'la coupole du Fort Régent s'n'âge vîsiter san couôthîn, l'O2 à Londres (tchi soulait êt' la coupole du Millénaithe), et qu'la Maîson Cyril L'Mèrquand âge s'faithe tchînze autchun bord.

Tout coumme, si les bâtisses pouvaient viagi, ché s'sait bein d'înviter de bieaux bâtisses en Jèrri. J'aim'thais bein m'rêvîlyi iun d'ches quat' matîns pouor vaie l'Mont Saint Miché amathé dans la Baie d'la Ville acanté l'Châté Lîzabé. Tchil amas d'touristes qué chenna attrioqu'thait, dgia! Épis l'Office dé Tourisme dé Jèrri n'éthait d'aut' dé vacanche, car ou s'sait bein trop embarrâssée toute l'année.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crapaud



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Jersey Evening Post   Mar 7 Avr - 9:33

Né v'chîn l'articl'ye en Jèrriais înmprînmée dans le journal de Jersey 26 mars 2009:

Un Tas d'brit entouor rein


Ch'est-i' un portrait qué j'vai l'avant à mé? Assa, à ches drein nou-s'a annonchi l'identificâtion d'un portrait d'Ouiyamme Shakespeare fait d'san vivant. Si ch'n'est pon eune conmédie d'mêprînses, v'là tch'est eune dêcouvèrte à rêjoui les cheins tchi sont întérêssis dans la littéthatuthe Angliaîche.

Nos auteurs Jèrriais étout ont ieu un întéthêt pouor Shakespeare maûgré l'înnouothance des détails d'sa vie. Elie (E.J. Luce) êcrivit ironniquement:

"En tout cas, chein qu'nou sait ch'est qu'il êcrivait bein
Et qu'il obsèrvait tout sans faithe la minne dé rein:
Il en mettait du cliai, d'l'êpais, du laid, du bé -
I' 'tait poète, enfîn, tchiquechose d'ité coumme mé"


En 1864, lé trais-chentchième annivèrsaithe d'la naîssance dé Shakespeare, A.A.L.G. (Augustus Asplet Le Gros) et Jean Sullivan êcrivîtent des tributs en Jèrriais. Sullivan 'tait coumme dé couôteunme pus à co fliâfliais:

"Jèrri, man p'tit Jèrri, prend tan tambour, ta fliûte,
Tan hautbouais, tan pipelot, et d'un co les affliûte,
Fai les sounner des airs d'un accord solenné,
Au rînmeux dé l'Avon, au poète înmorté."


Ch'est-i' un bonheu pouor l's Angliophones d'aver des portraits d'lus pus grand auteu! Pouor dé nous, j'n'avons pon d'idée à tchi qu'i' r'sembliait, not' Maît' Wace. J'aim'thais bein vaie eune statue d'Wace, mais comme tchi l'stchulpter sans aver la maîndre idée dé s'n appathence? L'illustrâtion înmaginnaithe faite par Messire John Everett Millais sèrvithait d'înspithâtion, en faîthant d'eune pièrre deux coups car j'n'avons pon d'monument à la mémouaithe du peintre Jèrriais nitout.

Tout coumme y'a eune rêsolution: les cheins tch'ont vîsité Budapest éthaient ofûche veu la statue d'Anonymus, l'auteu annonŷnme d'eune vielle chronnique des Hongriens. Lé stchulpteux l'a présenté dans des robes dé mouaine, la fache muchie souos san capuchon. Même si s'n identité reste mystéthieuse, l'auteu sans nom est honothé car les pâssants touchent sa plieunme pouor la bouonne chance. Ch'est-i' qu'la plieunme en bronze èrlit!

Pouor en finni, bouonnes gens, jé n'dithais pon qu'chenna porte d'la chance mais, s'ou voulez touchi la pliaque Wace la préchaine fais qu'ou pâssez par l'Vièr Marchi, ous honoth'thez au mains l'nom d'un auteu Jèrriais dé tchi j'n'avons pon l'espé d'trouver un portrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crapaud



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Jersey Evening Post   Dim 28 Juin - 20:12

Né v'chîn eune articl'ye en Jèrriais înmprînmée dans la gâzette au mais d'Mai 2009:

Chenna dépend


L'anmîn Peter Body, dans s'n articl'ye sus la Gâzette du Sé du 28 d'Avri, êcrivit qu'i' y'a des gens d'Jèrri tchi détestent la nomm'thie "dependency" et qu'ch'est pus à co du niolîn d'nos app'ler eune "dependency" viyant qué jé n'sommes pon attînts au Rouoyaume Unni et qu'not' gouvèrnément n'est dgéthe attînt à la Couronne.

Mais tch'est qu'est Jèrri? Chenna dépend. Bein seux qu'ch'est l'pays tchi m'a donné l'jour, mais j'n'avons pon chu mot "dependency" dans les dictionnaithes. J'sommes-t-i' eune apparténance d'la Couronne? Ch'est cliai qu'eune maîson peut aver, coumme ch'est dêcrit dans des contrats, d's offices et d's apparténances, mais nou dithait-i' qué j'sommes eune tchèrquéthie, un appotis ou un hangar? Ouaithe qué j'ayons d's Officièrs d'la Couronne, jé n'sommes pon d's offices d'la Couronne. Et coumme lé Sieur Body avait r'mèrtchi, y'a pus en Jèrri qu'des offices.

Coumme tchi dêpaûtchi tout chenna? Y'a des pays tch'ont d's êtats associés - par exempl'ye les Îles Cook sont associées auve la Nouvelle Zélande, et l's Êtats Fédéthés d'la Micronésie sont associés auve l's Êtats Unnis. Du temps du colonnialisme, y'avait toutes les manniéthes d'associâtion auve des tèrritouaithes. En Înde, les Êtats ès Prînces n'taient pon formellement eune partie d'l'Înde Britannique mais i' 'taient des fieux souos l'Empithe. Épis y'avait touos les colonnies, l's êtats protégis et d'aut's tèrritouaithes souôt'nus par l'pouvé colonnialiste.

L'împortant, ch'est qué, nous, jé n'vivons pon ès dêpens du Rouoyaume Unni. Nan, jé n'sommes pon dêpensièrs, car les Jèrriais saithont couoyer, sustout d'un temps finnancyi à pendard coumme j'connaîssons achteu. Si l'Rouoyaume Unni n'voulait d'aut' dêpaûter pouor asseûther la souongnêthie des siens à l'êtrangi, la manniéthe d'la fîn d'l'accord sus la santé 'tait coumme nou nos avait dêpatchi san mouoché d'chîn carres l'travèrs du mûsé. Assa, not' lian auve lé Rouoyaume Unni n'est d'aut' fiabl'ye.

Et si pouor achteu, j'sommes acouo hoûtchis ou crochetés à un cro d'l'aut' bord du Ch'na, ch'est à nos dêpiêter à seule fîn d'nos dêpendre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jersey Evening Post   Aujourd'hui à 1:26

Revenir en haut Aller en bas
 
Jersey Evening Post
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petit soucis post-accouchement....
» Accords économiques Jersey-Normandie.
» pont entre Jersey et Blainville
» Foire de Jersey.
» Jersey-Normandie: 10e jeux interjumelages.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NORMANDIE CULTURE FORUM :: langue normande-
Sauter vers: