NORMANDIE CULTURE FORUM

pour une réunification de la normandie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Communiqué Hebdomadaire du M.N. n° 119

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Communiqué Hebdomadaire du M.N. n° 119   Jeu 26 Nov - 17:42

COMMUNIQUE HEBDOMADAIRE DU MOUVEMENT NORMAND

COMMUNIQUE N° 119 - SEMAINE 47 - 2009

IDENTIFIER L'IDENTITE


RESUME :

- Il y un problème CONSTANT de l'identité française.
- Le nier est absurde. L'instrumentaliser à des fins électoralistes est déplacé.
- L'identité, nationale ou régionale, est une sorte d'être vivant collectif.
- Il se construit, il s'entretient, il évolue, il peut se dissoudre.
- Le Mouvement Normand s'est toujours préoccupé de cette question.
- L'identité nationale est la résultante au premier chef des différentes identités régionales : il faut donc partir de là.
- Réduire la question de l'identité française aux avatars des problèmes de l'immigration et de l'intégration témoigne d'une vision partiale, partielle et opportuniste.
- L'identité est le produit de l'histoire, de la géographie. Notamment. C'est aussi le produit d'un vouloir vivre en commun et de valeurs partagées. (Ce dernier point sera développé ultérieurement).
- Identité française, identité de la Fance : deux faces d'un même concept.
- Aujourd'hui, d'autres facteurs influent sur la notion d'identité.
- Mais une réflexion sur l'identité française ne peut faire l'impasse sur la notion d'identité normande.

MOT-CLEFS :
Identité française, identité de la France, identité nationale, identités régionales. Négation et instrumentalisation de la notion d'identité. Identité = être vivant collectif. La terre et les morts. Uniformisation des esprits. Citoyenneté et nationalité. Immigration, intégration, assimilation, communautarisme.

TEXTE :

L'identité, on en parle beaucoup ces temps-ci. Sans essayer au préalable d'en circonscrire les contours. Nous ne disons pas : en préciser le sens, puisque, justement, le Ministre, Eric Besson, demande qu'on veuille bien réfléchir à l'identité française.

Préalablement, exprimons une pensée forte : oui, il y a un problème de l'identité française. Faire semblant de le découvrir pour les uns, le nier pour les autres constituent, à notre avis, deux approches erronées. En effet, il s'agit d'un problème constant, dans le passé, dans le présent, dans l'avenir. Une identité nationale est en perpétuelle mutation. C'est une sorte d'être vivant collectif. Il se construit, il s'entretient, il change, il peut mourir.

Alors mettre ce problème en avant, à un moment donné, cela déclenche évidemment la question de savoir pourquoi. Préoccupations électoralistes, disent les adversaires du gouvernement. C'est possible et cela ne nous intéresse pas. Faux problème, clament ceux qui ne veulent pas en entendre parler : ce n'est pas notre avis. Comme le problème de l'insécurité, le problème de l'identité française est, non seulement réel, mais d'une brûlante actualité. Comme il l'a toujours été dans un pays comme le notre, dont le peuplement est en perpétuelle évolution et dont la citoyenneté se confond avec la nationalité par refus de tout communautarisme. Le caractère insolite de l'actuelle empoignade autour de la question de l'identité française réside justement dans le fait que l'on braque les projecteurs dessus alors que nous devrions tous nous interroger tout le temps sur un tel concept.

Le Mouvement Normand n'a pas attendu la démangeaison actuelle pour se préoccuper de la question de l'identité : un de ses directorats (i-e commissions thématiques), le Directorat Pourpre s'organise autour des deux thèmes identifiants de la culture et de l'identité. Normandes, bien entendu... Et c'est à partir de là que nous exprimerons une première interrogation : réfléchir sur l'identité française peut-il se concevoir sans une réflexion préalable sur les identités régionales qui ont contribué à forger cette identité nationale ?

Le débat actuel porte surtout sur les avatars de l'immigration récente et de l'intégration de populations culturellement exotiques : c'est un réductionnisme de circonstances. Il s'agit de reprendre le cheminement d'une observation globale du phénomène identitaire : une identité se construit, s'entretient, évolue, peut se dissoudre...

Une identité se construit. La normande comme la française. L'histoire - honnie par ceux qui affectent de l'ignorer - est certainement le premier et le plus important principe constitutif de l'identité d'un espace où se sont agglomérés au cours des siècles des populations d'origines diverses. La géographie joue aussi un rôle, ainsi que l'attachement à la terre des populations qui y vivent et y meurent. "La terre et les morts", la formule chère à Maurice Barrès, est essentielle, même si elle n'est pas suffisante. Elle n'est pas méprisable, et, bien entendu, nullement "pétainiste", comme le ressassent avec le sens des nuances qui caractérisent les Socialistes, ne voulant pas discuter de l'identité française, mais, peut-être, de l'identité de la France. Distinction capteuse et... opportuniste. Que n'ont-ils, depuis toujours, débattu de l'identité de la France ? Ils seraient plus crédibles au moment où un Ministre met la question identitaire sur le devant de la scène.

L'identité française s'est construite, notamment par l'apposition successive d'identités régionales. Il serait bon qu'on le rappelât. Et cela ne s'est pas toujours accompli dans l'irénisme, mais souvent dans la douleur, la contrainte, le dénigrement des identités locales et régionales. Si, en 1789, la France n'était, selon Mirabeau, qu' "un agrégat de peuples désunis", le royaume ne reconnaissait son unité que dans la personne du Roi. Lequel, au cours des siècles, avait avalé nombre de principautés territoriales à fortes identités. Le Roi trucidé, on voulut exalter la Nation... notamment en gommant tous les particularismes. Chacun se souvient des invectives de l'Abbé Grégoire fustigeant les langues, dialectes, patois façons de s'exprimer des différentes provinces, accréditant l'idée qu'il n'était bon bec que de Paris... Une vision hiérarchisée de la Nation, caporalisée diront certains, a visé à toujours plus vouloir uniformiser l'ensemble... et à le gérer d'un point central. Héritage de l'Empire. On voulut ensuite uniformiser les esprits. Ce fut l'oeuvre de la IIIème République, notamment avec l'aide des "hussards noirs de la République". Mais, au final, chaque "patrie charnelle" de l'espace France chercha, à la fois, à sauvegarder son identité et à contribuer à la résultante émergence de l'identité française.

Aujourd'hui, les moyens modernes de communication, la construction européenne, la globalisation et l'arrivée sur notre sol de populations allogènes, souvent extra-européennes, obligent à observer l'évolution de l'identité française d'une façon de plus en plus pointue, voire à s'interroger sur l'éventuelle dissolution de cette identité.

Au Mouvement Normand, nous ne croyons pas à la disparition de l'identité française, pas plus que nous ne croyons à une dissolution de l'identité normande. Toute population possède une identité, même et y compris les masses les plus hétérogènes, divisées par des communautés plus ou moins rétrogrades. Au fond, l'identité est une sorte d'équilibre, instable puisqu'elle est en perpétuelle évolution, entre un socle, tellement solide qu'on n'y prête plus guère attention, et des efflorescences, d'autant plus remarquées et dérangeantes qu'elles se croient en rupture avec un ensemble mal connu dans lequel elles devraient s'intégrer.

L'erreur à ne pas commettre serait de ne s'intéresser dans le débat actuel qu'aux problèmes d'intégrations posés par les immigrations les plus récentes. Plus fécond serait l'examen attentif de la façon par laquelle les "Belges" - apport d'après la première guerre mondiale - se sont intégrés dans la population rurale normande... Ou encore la manière avec laquelle les "Italiens" se sont installés dans certaines professions artisanales normandes a cours du XXème siècle (lire à ce propos les N° 29 et 31 des Cahiers des Annales de Normandie, 2000 et 2001 - Logis des Gouverneurs, château, 14000 Caen)... Mais fondamentale est la nécessité d'une interrogation poussée sur l'héritage identitaire normand - de l'époque gauloise à nos jours - de ce qu'il a de différent, de particulier par rapport à l'identité française, dont il est cependant une composante. En quelque sorte se poserait la question de l'apport normand, du particularisme normand, dans les domaines les plus divers : langue, littérature, etno-psychologie, ouverture au monde, caractère maritime, habitats, architecture, arts, etc...

Telle est la contribution que souhaite apporter le Mouvement Normand au débat sur l'identité française : vision partielle, mais indispensable sans laquelle toute approche globale de la question ne serait qu'un réductionnisme frustrant.

Nous avons demandé aux Autorités de participer à ce débat. Sans réponse, pour l'instant : de ce fait, nous préparons pour le début du mois de janvier 2010 un dossier sur l'identité normande, qui paraîtra dans le N° 46 de "Culture Normande". Dans cette perspective, nous sollicitons de nos correspondants leurs propres réflexions. L'identité normande, composante de l'identité française, est une affaire qui nous concerne tous.

Pour le Directorats Pourpre (Culture et Identité Normandes) du Mouvement Normand

Guillaume LENOIR
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Communiqué Hebdomadaire du M.N. n° 119   Jeu 26 Nov - 23:15

Citation :
Nous avons demandé aux Autorités de participer à ce débat. Sans réponse, pour l'instant
[quote]

Une idée qui me vient comme ça Exclamation Idea Exclamation

Pourquoi le MN n'inciterait-il pas (par communiqué ou partenariat) les grands médias régionaux à lancer le débat auprés des Normands sous forme de courrier des lecteurs ou "micro-trottoir".

Ce n'était qu'une idée.
Tantôt
Revenir en haut Aller en bas
Junker

avatar

Nombre de messages : 2788
Age : 44
Localisation : St Pierre du Val
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: Re: Communiqué Hebdomadaire du M.N. n° 119   Lun 30 Nov - 12:13

L'idée n'est pas bête. Mais je crains que les grands médias régionaux s'en fichent un peu, voire carrément... Dans un autre communiqué du M.N., j'ai pu lire par exemple que le journal "Paris-Normandie" n'avait même pas relayé les propos en faveur de la réunification qu'a tenu récemment le Président Sarkozy. Alors tu penses bien que sur le sujet de l'identité, on n'est pas prêt de les voir si atteler. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Communiqué Hebdomadaire du M.N. n° 119   Lun 30 Nov - 12:22

Tu as malheureusement raison, à part quelques uns, tout le monde s'en fout de l'identité Normande.
Preuve en est: le peu de réaction à la question posée et au communiqué du MN sur ce forum.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Communiqué Hebdomadaire du M.N. n° 119   Lun 21 Déc - 14:05















Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Communiqué Hebdomadaire du M.N. n° 119   

Revenir en haut Aller en bas
 
Communiqué Hebdomadaire du M.N. n° 119
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Communiqué du conseil national de l'UMT
» Communiqué Election Régionales 2010.
» Communiqué d'Alain Lambert.
» Communiqué du Vatican.
» repas et pesée hebdomadaire -28 jours avant noel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NORMANDIE CULTURE FORUM :: actualité :: politique en normandie-
Sauter vers: